Appelés


Appelés

 

 

Eglise Evangélique de Saint-Omer
Assemblée de Dieu
 

 
 

Romains 1/1-7
« Paul, serviteur de Jésus-Christ, appelé à être apôtre, mis à part pour annoncer l’Evangile de Dieu, qui avait été promis auparavant de la part de Dieu par ses prophètes dans les saintes Ecritures, et qui concerne son Fils né de la postérité de David, selon la chair, et déclaré Fils de Dieu avec puissance, selon l’Esprit de sainteté, par sa résurrection d’entre les morts, Jésus-Christ notre Seigneur, par qui nous avons reçu la grâce et l’apostolat, pour amener en son nom à l’obéissance de la foi tous les païens, parmi lesquels vous êtes aussi, vous qui avez été appelés par Jésus-Christ, à tous ceux qui, à Rome, sont bien-aimés de Dieu, appelés à être saints: que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ! »

 

Quand on connaît l’histoire et le passé de l’homme qui a écrit cela, on se dit : « Quelle transformation ! »
L’homme qui parle ici de l’appel de Jésus Christ, c’est le même qui a combattu farouchement dans le passé le fait que Jésus Christ soit le sauveur ! Juif convaincu et très zélé dans la religion de ses pères, il a persécuté et mis en prison des chrétiens qui annonçaient Jésus Christ.
 
 
Que s’est-il passé pour qu’une telle transformation se fasse ?
L’appel de Jésus Christ pour lui-même sur le chemin de Damas !

 
 
J’intitule ce message de l’apôtre Paul de romains 1/1-7 : « Trois appels en un ! »
Suivre Jésus Christ commence toujours par un appel :

Matthieu 9/9
« De là étant allé plus loin, Jésus vit un homme assis au lieu des péages, et qui s’appelait Matthieu. Il lui dit: Suis-moi. Cet homme se leva, et le suivit. »
Matthieu 19/21
« Jésus lui dit: Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi. »
Jean 1/43
«Le lendemain, Jésus voulut se rendre en Galilée, et il rencontra Philippe. Il lui dit: Suis-moi. »

 

S’il n’y avait pas d’appel, il n’y aurait pas de rencontre possible avec Jésus Christ :

Jean 15/16
« Ce n‘est pas vous qui m’avez choisi; mais moi, je vous ai choisis… »

Même les gens qui cherchent Dieu sincèrement ont besoin d’entendre l’appel de Jésus : exemples de Nathanaël (Jean 1), de Nicodème (Jean 3), de Corneille (actes 10)

 

L’appel de Jésus Christ est premièrement un appel à la repentance et la conversion :
 

Matthieu 4/17
« Dès ce moment Jésus commença à prêcher, et à dire: Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche. »

 
Pour nous permettre la repentance, et expérimenter le salut de Dieu (et recevoir la vie éternelle), Jésus a donné sa vie sur la croix ! Quelle erreur ce serait de penser que je peux servir Jésus Christ et entrer dans le royaume de Dieu sans avoir expérimenté une repentance profonde et sincère ! Mais à l’inverse, après s’être repenti de ses péchés, n’avoir une vision du royaume de Dieu que par rapport à ce premier appel, serait une vision des choses bien étroite et bien incomplète !
 
Dans cet appel global de Jésus Christ, deux autres appels sont également contenus :
– l’appel à la sainteté
– l’appel à le servir
 
 
1) L’appel à la sainteté (« appelés à être saints ») :
Nul part dans les évangiles, lorsque Jésus appelle une personne au salut, il est sous-entendu que le changement de vie n’est pas important !
Au contraire :
– dans le domaine de la pureté :

Jean 8/11 (la femme surprise en flagrant délit d’adultère)
« Elle répondit: Non, Seigneur. Et Jésus lui dit: Je ne te condamne pas non plus: va, et ne pèche plus. »

 
– dans le domaine des relations avec les autres :
Dans Luc 10/37, (à la question d’un docteur (enseignant) de la loi : « Qui est mon prochain ? »
« C’est celui qui a exercé la miséricorde envers lui », répondit le docteur de la loi. Et Jésus lui dit: « Va, et toi, fais de même. »
 
En grec, le mot « repentance » est « Metanoïa » ce qui contient la pensée forte et incontournable de « changer de vie »: Se repentir, oui, mais pour changer de vie !
A l’exemple de cette histoire que raconte Jésus :

Matthieu 21/28-31
« Que vous en semble? Un homme avait deux fils; et, s’adressant au premier, il dit: Mon enfant, va travailler aujourd’hui dans ma vigne. Il répondit: Je ne veux pas. Ensuite, il se repentit, et il alla. S’adressant à l’autre, il dit la même chose. Et ce fils répondit: Je veux bien, seigneur. Et il n’alla pas. Lequel des deux a fait la volonté du père? Ils répondirent: Le premier. Et Jésus leur dit: Je vous le dis en vérité, les publicains et les prostituées vous devanceront dans le royaume de Dieu. »

(Parce que eux, contrairement à vous, ils se sont repentis et ils ont changé de vie)

 
 

2) L’appel à le servir, à se consacrer à son œuvre (« appelé à être apôtre ») : Tout le monde n’est pas appelé comme Paul à devenir apôtre (c’est un appel particulier, et supplémentaire du Seigneur)

On ne peut pas s’improviser apôtre ou pasteur, il faut y être appelé d’une manière particulière par le Seigneur.

Par contre, dès son appel à la repentance et la conversion (suivre Jésus Christ), chacun est appelé d’une manière ou d’une autre à servir Dieu dans une sainteté de vie nouvelle :

1 Thessaloniciens 1/7-10
« Car on raconte, à notre sujet, quel accès nous avons eu auprès de vous, et comment vous vous êtes convertis à Dieu, en abandonnant les idoles pour servir le Dieu vivant et vrai, et pour attendre des cieux son Fils, qu’il a ressuscité des morts, Jésus, qui nous délivre de la colère à venir. »

Psaume 100
« Psaume de louange. Poussez vers l’Eternel des cris de joie, Vous tous, habitants de la terre! Servez l’Eternel, avec joie, Venez avec allégresse en sa présence! Sachez que l’Eternel est Dieu! C’est lui qui nous a faits, et nous lui appartenons; Nous sommes son peuple, et le troupeau de son pâturage. Entrez dans ses portes avec des louanges, Dans ses parvis avec des cantiques! Célébrez-le, bénissez son nom! Car l’Eternel est bon; sa bonté dure toujours, Et sa fidélité de génération en génération. »

 

Notez bien ici que le fait de servir Dieu est lié à la joie. Nous avons souvent une idée erronée de ce que signifie « servir Dieu », comme s’il s’agissait d’une contrainte, d’un fardeau, d’un boulet au pied…

… Mais Jésus lui-même nous a indiqué exactement l’inverse :

Matthieu 11/28-30
« Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. »
Jean 8/34-36
« En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché… Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres. »

 

——————–

 

La bible consacre un livre entier (sur les 66 livres) à l’appel de Dieu :

Le livre du Lévitique qui explique en détail la consécration pour le service de Dieu signifie (d’après les premiers mots du livre) : « Et il appela »

Nous trouvons 87 fois les mots « saint » et « sainteté » dans ce livre.

 

Le verset central de ce livre est :

Lévitique 20/26
« Vous serez saints pour moi, car je suis saint, moi, l’Eternel; je vous ai séparés des peuples, afin que vous soyez à moi. »

 

Ce livre de l’ancien testament ne peut plus bien sûr être appliqué au pied de la lettre, par rapport aux sacrifices d’animaux qui y sont décrits (et qui annonçaient d’avance le sacrifice parfait de Jésus Christ à la croix) ; par contre, les principes de sainteté et de service demeurent toujours aujourd’hui lorsque Dieu nous appelle…

…Cette spécificité de l’appel de Dieu au travers de l’œuvre de Jésus Christ est reprise dans la lettre de Pierre :

 

1 Pierre 1/14-19
« Comme des enfants obéissants, ne vous conformez pas aux convoitises que vous aviez autrefois, quand vous étiez dans l’ignorance. Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite, selon qu’il est écrit: Vous serez saints, car je suis saint. Et si vous invoquez comme Père celui qui juge selon l’oeuvre de chacun, sans acception de personnes, conduisez-vous avec crainte pendant le temps de votre pèlerinage (votre voyage) , sachant que ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache… »

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://add-saint-omer.fr/?p=323